Nous utilisons des Cookies afin d’optimiser votre expérience utilisateur. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de Cookies.

Crise des annonceurs

De nombreux Partenaires nous contactent suite à l’affichage d’un message inhabituel sur leurs vidéos : “Contenu non-adapté à tous les annonceurs”. Suite à la crise des annonceurs, YouTube a décidé de revoir sa politique de monétisation des vidéos avec des consignes renforcées, voire supplémentaires. Un récapitulatif s'impose.

YouTube a introduit cet été une nouvelle icône relative à la monétisation des vidéos. Il s’agit d’un dollar jaune, signifiant que la vidéo en question n’est “pas adaptée à tous les annonceurs”. En clair : cela signifie que la vidéo portant cette mention ne comportera pas d’annonces publicitaires, mais pourra toujours bénéficier des revenus provenant de YouTube Red.

Selon la documentation officielle, sont considérés comme non-adaptés les contenus suivants :

  • Sujets controversés et événements sensibles : les contenus vidéo traitant en partie ou intégralement de sujets ou d'événements sensibles, y compris, mais sans s'y limiter, de la guerre, de conflits politiques, du terrorisme ou de l'extrémisme, de la mort et de tragédies, ou d'abus sexuels, même si aucune image choquante n'est diffusée, ne sont généralement pas adaptés à la publicité. Par exemple, les vidéos sur des tragédies récentes, même si elles sont présentées dans le cadre de l'actualité ou d'un documentaire, peuvent ne pas être adaptées à la publicité étant donné leur sujet.
  • Drogues et substances ou produits dangereux : les contenus vidéo promouvant ou montrant la vente, l'usage ou l'abus de drogues illégales, de médicaments ou de substances autorisées, ou d'autres produits dangereux, ne sont pas adaptés à la publicité. Les vidéos traitant de drogues ou de substances dangereuses à des fins pédagogiques, documentaires et artistiques sont généralement adaptées à la publicité, tant que la consommation de drogues ou l'abus de substances illégales ne sont pas explicites ou glorifiés.
  • Actes dangereux ou pernicieux : les contenus vidéo qui font la promotion d'actes dangereux ou pernicieux entraînant des blessures physiques, émotionnelles ou psychologiques graves ne sont pas adaptés à la publicité. C'est le cas par exemple des vidéos qui montrent des opérations chirurgicales ou cosmétiques douloureuses ou invasives, ou des farces mettant en scène un harcèlement sexuel ou une humiliation. On retrouve dans cette catégorie des canulars comme les vidéos de faux clown tueurs. 
  • Contenus incitant à la haine : les contenus vidéo promouvant la discrimination, le dénigrement ou l'humiliation d'un individu ou d'un groupe en raison de sa race, son origine ethnique, sa nationalité, sa religion, son handicap, son âge, son statut d'ancien combattant, son orientation sexuelle, son sexe ou toute autre caractéristique connue comme motif de discrimination ou de marginalisation, ne sont pas adaptés à la publicité. Les contenus satiriques ou humoristiques peuvent être autorisés à diffuser des annonces. Cependant, la simple mention de votre intention humoristique n'est pas suffisante, et la vidéo peut malgré tout ne pas être adaptée à la publicité.
  • Utilisation inappropriée de personnages issus de divertissements familiaux : les vidéos montrant du contenu ou des personnages issus de divertissements familiaux, qu'ils soient animés ou en prises de vue réelles, et présentant un caractère violent, sexuel, abject ou inapproprié, même dans un but humoristique ou satirique, ne sont pas adaptées à la publicité.
  • Contenus provocants et dénigrants : les contenus inutilement provocants, incendiaires ou dénigrants peuvent ne pas être adaptés à la publicité. C'est par exemple le cas des contenus visant à insulter ou humilier un individu ou un groupe.
  • Contenus à caractère sexuel : les vidéos présentant un caractère sexuel très prononcé, comme des contenus montrant principalement des scènes de nudité, des parties du corps ou des simulations sexuelles, ne sont pas adaptées à la publicité. Les contenus présentant des jouets et des objets sexuels ou qui traitent explicitement de sexe, à l'exception des vidéos d'éducation sexuelle ne comportant pas d'images choquantes, peuvent également ne pas être adaptés à la publicité.
  • Violence : les contenus vidéo présentant principalement, et en l'absence de tout contexte, de la violence, des blessures ou des scènes sanglantes ne sont pas adaptés à la publicité. La violence apparaissant dans le déroulement normal d'un extrait de jeu vidéo est en règle générale tolérée, mais les montages présentant principalement de la violence gratuite ne sont pas acceptés. Une vidéo montrant des extraits de jeu vidéo interdit aux mineurs, si elle a reçu le dollar jaune, est susceptible de passer tout naturellement en "accès limité aux +18 ans" ce qui ne permet donc pas de récupérer la monétisation. Si vous diffusez des images violentes dans le cadre d'actualités, de contenus éducatifs ou artistiques, ou d'un documentaire, le contexte est important. 

 

Cette liste signifie que si votre vidéo rentre dans l’une de ces catégories, elle est susceptible de ne pas contenir d’annonces publicitaires. Cela n’est pas une règle absolue — des exceptions existent — mais sachez que produire du contenu pouvant être catégorisé comme ci-dessus vous expose à une absence de monétisation. Dans ce cas, l'icône de dollar jaune apparaît sur le gestionnaire de vidéos, signe que celle-ci ne peut être monétisée car elle n'est “pas adaptée à tous les annonceurs”.

Crise des annonceurs dollar jaune

Le contenu de ma vidéo n’entre pas dans ces catégories, mais je suis démonétisé malgré tout. Que faire ?

Tout d’abord, sachez que vous pouvez demander une vérification manuelle des contenus qui ont été démonétisés. Vous trouverez cette option dans votre gestionnaire de vidéos. En revanche, YouTube ne vérifiera que les vidéos ayant généré au moins 1000 vues sur les 7 derniers jours.

Dans la majeure partie des cas, cette démarche suffit à rétablir la monétisation sur vos vidéos. Néanmoins, cela vous fait perdre un temps précieux sur les premiers jours de publication de votre contenu. C’est pour cela que Wizdeo vous conseille de revoir votre calendrier de publication.

En effet, essayez de publier vos vidéos en privé dans un premier temps. Si vous constatez après plusieurs heures que votre vidéo reste monétisée, passez-là en mode public. Cela vous permettra de “tester” votre contenu tel qu'il est, et vous évitera de perdre les précieuses premières heures de mise en ligne de vos vidéos. Si votre vidéo est démonétisée, réfléchissez à votre montage, à vos métadonnées, et modifiez-les de manière à respecter l'aspect "user friendly" obligatoire pour pouvoir monétiser. En cas de doute, consultez votre Account manager.

Nous vous conseillons aussi de faire attention à ce que le titre de la vidéo et sa miniature respectent tous les deux les règles énoncées plus haut. En effet, les deux comptent dans la décision de YouTube autant que le contenu réel de la vidéo. Il est bon aussi sur des contenus pouvant être à risque de donner plus de contexte à YouTube à travers les métadonnées de la vidéo. C'est ce contexte qui permettra d'appuyer votre demande de monétisation dans le cas où l'algorithme YouTube le repére comme ne respectant pas les règles.

Si vous savez que votre contenu n'est pas adapté aux mineurs mais que vous souhaitez le diffuser malgré tout, vous devez cocher la case dédiée aux contenus réservés aux majeurs lors de la mise en ligne (naturellement, ce contenu doit néanmoins respecter les règles d'utilisation de base).

À quoi s’attendre pour la suite ?

Sachez que Wizdeo prend la situation très à coeur, et se trouve être en contact resserré avec les équipes de YouTube afin de mieux cerner ces nouvelles mesures de monétisation du contenu sur la plateforme. 

Nos interlocuteurs nous ont répondu être dans une période d’ajustement face à ces nouvelles politiques, et les démonétisations arbitraires ne devraient pas handicaper les créateurs bien longtemps. Chaque demande de vérification manuelle permet à l’algorithme d’apprendre et de réduire sa marge d’erreur.

Evidemment, nous tiendrons nos Partenaires au courant des dernières informations dont nous disposons concernant ces politiques. 

Wizdeo vous propose également un outil permettant un affichage de l'évolution du RPM. Cet outil est accessible pour tous nos partenaires via leur compte Wizdeo Analytics. Toutes les informations ici : https://wizdeo.com/fr/ressources/blog/119-wiztracker/1123-suivez-les-revenus-generes-par-vos-videos-grace-a-wizdeo-analytics