Vos channels managers chez Wizdeo sont des spécialistes de la gestion de vos droits d’auteur sur YouTube et peuvent essayer de vous aider, entre autres, sur les "strikes" mis par YouTube sur vos chaînes.

Comme vous le savez, ces "strikes", pour violation de droits d'auteur, peuvent avoir un impact important : d'abord parce que cela signifie que votre chaîne n'est pas en "good standing". D'autre part, au bout de 3 avertissements pour atteinte aux droits d’auteur (strikes), YouTube peut être amené à supprimer votre chaîne. Quelle sont les caractéristiques des strikes et peut-on éventuellement obtenir leur levée? 

 

Qu’est-ce qu’un strike ?

Un strike est un avertissement pour atteinte aux droits d'auteur, qui met en danger votre chaîne. Suite à un strike venant d’un ayant-droit :

  • YouTube supprime la vidéo ayant porté atteinte aux droits d’auteur.
  • Votre chaîne passe en statut « bad standing », ce qui vous fait perdre accès à certaines fonctionnalités YouTube. L'article suivant vous apportera plus de précisions sur les fonctionnalités perdues lorsqu’un strike est mis sur votre chaîne :
    Good Standing : Signification / Ce qu'on peut y perdre / Ce qu'il faut respecter
  •  Lorsque 3 strikes sont présents sur une chaîne, YouTube peut décider de supprimer la chaîne incriminée.

Quelle est la différence entre un claim et un strike ?

Il arrive fréquemment que les avertissements pour atteinte aux droits d'auteur soient confondus avec les correspondances du système d'identification, ou « claims », ou "revendications" en français, lesquelles peuvent entraîner le blocage d'une vidéo. Mais il s'agit de deux choses différentes :

  • Un claim est une revendication d’un ayant-droit sur une vidéo. Une vidéo peut contenir des éléments appartenant à plusieurs ayant-droits et peut donc être revendiquée par tous les ayant-droits. La musique de la bande-son de votre montage, l’extrait vidéo que vous avez utilisé en exemple ne vous appartiennent pas et d'autres ont les droits sur ces éléments ? Ce sont autant d’ayant-droits qui peuvent revendiquer votre vidéo, en plus de vous qui revendiquez vos droits sur ce que vous avez créé vous-même. 
  • Une fois qu'il a revendiqué la vidéo, ou un élément de la vidéo, le propriétaire (ayant-droit) d’un contenu peut appliquer l’une des 3 règles suivantes sur votre vidéo :

        1. Monétisation : l’ayant-droit monétise votre vidéo. Si des annonces publicitaires que vous n'avez pas activées sont diffusées au début de la vidéo ou pendant celle-ci, c'est que le propriétaire du contenu a appliqué une règle de monétisation. Si vous avez vous-même déjà monétisé la vidéo, par exemple, parce que vous avez les droits sur la vidéo, et l'ayant-droit les a sur la musique, les revenus publicitaires seront partagés entre vous et l'ayant-droit qui a les droits sur la musique.
        2. Blocage : l’ayant-droit bloque la visibilité de votre vidéo dans le monde entier ou dans une sélection de pays. Si votre vidéo n'est pas visible sur YouTube ou si le son est désactivé, le propriétaire du contenu a sûrement appliqué une règle de blocage. Il est d'ailleurs possible que dans votre pays vous ne puissiez pas voir ou entendre votre vidéo alors que les spectateurs d'autres pays la voient et l'entendent normalement (blocage géographique). La règle de blocage ne vous empêche pas de consulter les commentaires relatifs à la vidéo, ni de les modérer ou d'y répondre. Vous les trouverez sur la page "Commentaires" dans votre gestionnaire de vidéos.
        3. Suivi ou « Track » : si le propriétaire de l'élément du contenu applique une règle de suivi, vous ne noterez aucun changement au niveau de la vidéo. Toutefois, vous ne pourrez plus monétiser la vidéo, parce que YouTube considère que si un des ayant-droits ne veut pas monétiser, mais seulement suivre, alors la vidéo ne doit pas être monétisée. 
        4. A savoir : Une vidéo revendiquée par un ayant-droit peut être monétisée dans un pays et bloquée ou suivie dans un autre.


    1. Dernière possibilité pour l'ayant-droit : le strike.
        Le propriétaire de l'élément de contenu ne veut pas se contenter de bloquer votre vidéo qu'il considère comme violant ses droits d'auteur, il veut la supprimer, il demande donc un "strike" à YouTube, sur la base de ses droits. Si YouTube considère sa revendication comme valable, les conséquences sont les suivantes :
      • la vidéo est supprimée de YouTube.
      • le strike affecte votre chaîne : un strike peut non seulement vous faire perdre les accès à certaines fonctionnalités (tout comme un claim)
        mais représente aussi un danger pour votre chaîne car YouTube peut décider de supprimer la chaîne lorsqu’elle a 3 strikes.

 

Comment savoir si votre chaîne a un strike ou si vos vidéos sont revendiquées par d’autres ayant-droits ?

Pour consulter les informations relatives aux avertissements que vous avez reçus pour atteinte aux droits d'auteur, consultez la section Avis sur les droits d'auteur de votre gestionnaire de vidéos.

  • CLAIMS : Les vidéos sous lesquelles il est écrit « Correspondance établie avec le contenu d'un tiers. » sont les vidéos revendiquées par un ayant-droit tiers (autre que vous).
    STRIKE-1
  • STRIKES : Les vidéos sous lesquelles il y a un point d’exclamation rouge suivi de « Supprimée (avertissement pour atteinte aux droits d'auteur) » sont les vidéos qui ont reçues un strike.
    STRIKE-2

 

Comment tenter de faire lever un strike ?

Attention, la suppression par vous de la vidéo "strikée" ne suffit pas à lever l'avertissement de votre chaîne. Il est même fortement déconseillé de la supprimer tant que le cas est en cours de résolution. En effet, cela peut compliquer la tâche du plaignant.

Si vous recevez un ou plusieurs strikes sur votre chaîne, consultez au plus vite votre channel manager.

Il y a 3 possibilités pour tenter de faire lever un strike. N'en utilisez AUCUNE avant d'avoir parlé avec votre channel manager, car les conséquences juridiques de ces actions peuvent être très sérieuses pour vous : 

  • Si vous savez que le strike a été mis par erreur parce que vous êtes absolument sûr de détenir l’ensemble des droits sur votre vidéo, vous pouvez envoyer à YouTube une notification de contestation via le formulaire mis à disposition par YouTube lorsque vous cliquez sur Envoyer une notification de contestation dans la section Avis sur les droits d'auteur de votre gestionnaire de vidéos : 
    STRIKE-3

Inconvénients : Cette annulation ne marche pas forcément à coup sûr et est rarement très rapide.

  • Si l’ayant-droit qui a mis le strike sur votre vidéo/chaîne possédait bien des droits sur la vidéo incriminée, il est possible de contacter le plaignant directement pour obtenir de lui qu'il contacte YouTube pour annuler sa plainte. Ce type de négociation doit être professionnel et argumenté, ce qui est une spécialité de Wizdeo. Il faudra donc expliquer votre cas à votre channel manager qui pourra se charger d’entamer les négociations avec l’ayant-droit. Le plaignant doit être invité à respecter le langage de YouTube pour faire annuler sa plainte en :

      1. Faisant un mail à frcopyright@youtube.com, avec éventuellement une copie  au channel manager concerné.
      2. Disant exactement « Je retire par la présente ma plainte pour violation des droits d'auteur sur la vidéo suivante : http://www.youtube.com/watch?v=xxxxxxxxxx ».
      3. Incluant le nom complet et la fonction de l'auteur du mail, sachant que le domaine de l'adresse mail doit être le même que le mail qui a fait la plainte. Donc si c'est john.doe@activision.com qui a fait la plainte, elle doit être retirée par quelqu'un dont l'adresse mail est également rattachée au domaine activision.com.

 

Avantages/inconvénients : Ce mécanisme permet, si on arrive à s'entendre avec le plaignant, d'obtenir la levée du strike sans avoir besoin de faire de déclaration juridique. L'inconvénient, bien sûr, c'est qu'il faut contacter le plaignant et le convaincre de retirer sa plainte, en lui garantissant probablement que l'erreur - si vous avez fait une erreur - ne se renouvellera pas, et qu'il ne prend pas de risque en supprimant la sanction. Bien souvent, il n'est pas facile d'identifier la personne à qui envoyer un mail, et même si on l'identifie, elle peut très bien ne même pas répondre, ou bien sûr répondre en vous disant qu'elle ne retire pas le strike, et que vous auriez dû ne pas enfreindre ses droits. 

  •  Si l’une des 2 solutions ci-dessus n’aboutit pas, il faudra attendre 6 mois pour que le strike soit levé automatiquement. Un strike est supprimé 6 mois après qu’il a été mis, dans la mesure où vous avez suivi les cours sur les droits d’auteur de YouTube (cliquer sur le lien) et où votre chaîne n’a pas reçu d’autres strike pendant ces 6 mois.

 

Inconvénient : c'est long, 6 mois, et en plus si vous recevez un autre strike entre temps, le premier risque de ne jamais être retiré...

Tout cela ne garantit bien sûr pas une levée de strike, mais cela fait au moins deux moyens différents de résoudre un strike (par une contre-notification sans réponse, ou par un mail directement de l'ayant-droit). L'expérience de Wizdeo est que, quand vous êtes dans votre tort, et que vous avez effectivement enfreint les droits d'un ayant-droit, un contact avec l'ayant-droit peut de temps en temps se traduire par une levée du strike, si l'approche est professionnelle. 

Et bien sûr, notre meilleur conseil est d'éviter en particulier les violations de droits d'auteur les plus choquantes pour les ayant-droits (copies de film, de clip, etc.), qui peuvent déclencher quasi-automatiquement des strikes.

 

Commentaires   

looping27
0 # RE: Strikes sur YouTube : peut-on les faire retirer ?looping27 22-06-2015 20:39
Bonjour,
Je lis : "Attention, la suppression par vous de la vidéo "strikée" ne suffit pas à lever l'avertissement de votre chaîne. Il est même fortement déconseillé de la supprimer tant que le cas est en cours de résolution."
Mais le strike n'est pas une vidéo déjà supprimée !?
Répondre | Répondre en citant | Citer
Nous utilisons des Cookies afin d’optimiser votre expérience utilisateur. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de Cookies.