Nous utilisons des Cookies afin d’optimiser votre expérience utilisateur. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de Cookies.

shutterstock_1129014890 (1).jpg

Dans ce 3ème article nous traiterons le sujet des pourcentages et des délais de versement.

Les commissions sont prélevées par le MCN et servent à le rémunérer pour les prestations apportées. Souvent ces commissions représentent un % fixe des revenus : soit un % des revenus AdSense versés par YouTube, soit un % des revenus supplémentaires apportés par le MCN pour la distribution sur d’autres sites web, ou sur les opés BC, etc.

Parfois, ce n’est pas un pourcentage fixe : par exemple, le % qui est pris par le MCN peut baisser quand le nombre de vues du YouTuber monte, et augmenter quand il baisse (paliers de %). Ou le % peut être de 0% jusqu’à un certain RPM (revenu par mille vues),  puis plus élevé. Les préférences des YouTubers peuvent être différentes, mais ce qui est important c’est de bien comprendre quel % est appliqué selon les cas de figure (vues plus ou moins élevées); et surtout d’exiger du MCN dans le contrat que le % de commission apparaisse clairement tous les mois dans les factures ou relevés envoyés par le MCN, pour voir combien prend le MCN. 

Il y a plusieurs pièges que l’on peut rencontrer dans un contrat MCN sur les commissions. L’un des plus pernicieux se trouve dans les commissions “cachées”. On peut par exemple avoir un MCN qui propose dans le contrat une commission à 0% (100% reversés au YouTuber), mais qui précise par ailleurs qu’un % sera prélevé aussi pour des “frais d’administration”. 

L’autre pratique chez certains MCN consiste à ne pas indiquer les commissions prises par le MCN pour des revenus supplémentaires : ni dans le contrat, ni au moment de nouveaux projets, par exemples des propositions d’opérations sponsorisées. Ce n’est pas favorable au talent : si le YouTuber ne connaît pas les % de commission, il ne peut pas connaître les prix facturés aux marques, et donc peut avoir du mal à négocier en direct avec les marques et à devenir indépendant. Les MCN en question justifient l’absence de transparence en expliquant que les % peuvent varier pour un YouTuber selon les opérations : par exemple un YouTuber peut ne prendre que 50% d’une opération de vidéo sponsorisée sur sa chaîne quand le MCN doit aussi payer une production, un studio, du montage supplémentaire. 

Mais ces arguments de MCN peuvent être rejetés : rien n’interdit au MCN, comme aux agent, d’indiquer dans le contrat quels sont les % qui s’appliquent en temps normal, et de préciser que si jamais il y a des dépenses supplémentaires, elles seront déduites de l’enveloppe globale, et indiquées clairement au YouTuber. 

La transparence des tarifs et commissions prélevés, dans les contrats et dans les factures ou relevés de compte, est très importante pour éviter de s’engager sur la base de faux prix et pour savoir exactement ce qui est prélevé. 

LES MODALITÉS DE PAIEMENT : QUAND ET COMMENT LE MCN VOUS PAIE-T-IL ? 

Les modalités de paiement du contrat précisent quand et comment les sommes que vous doit le MCN, ou que vous devez au MCN, doivent être payées. 

De manière générale, quand des revenus de YouTuber transitent par le MCN, le contrat prévoit que les sommes ne soient versées qu’après que les marques ou que YouTube les aient versées au MCN; le délai de reversement du MCN dépend des sources (YouTube ou marque) et de la complexité du calcul de commission. En général, ces délais sont clairement indiqués dans le contrat

Par contre, il faut se méfier de certaines conditions préalables au versement: soit le MCN compte sur vous pour recevoir votre facture ce qui implique que plus vous attendez avant de l'envoyer et plus le MCN mettra du temps avant de vous verser, soit c'est le MCN qui fait pour vous la facture. Si vous lui avez délégué la facturation (voir cet article sur les mandats), il faut qu’il déclenche le paiement tout seul : certains MCN vous font votre facture, mais ne paient pas tant que vous ne l’avez pas approuvée, et ne vous signalent pas vraiment très bien que vous devez approuver votre facture : certains MCN ont comme pratique de ne laisser que quelques jours au YouTuber pour vérifier chaque facture, qui est déposée sur un “espace YouTuber” que celui-ci ne visite jamais. La fameuse facture non approuvée avant 7 jours n’est pas payée avant le mois d’après.

Enfin, il est important d’exiger dans le contrat que le MCN s’engage à distinguer dans ses appels à facturation, ou dans les factures qu’il fait pour le compte du talent, si les reversements à un YouTuber sont des paiements au titre de prestations, ou au titre de droits d’auteur. Certaines opérations sponsorisées sont payées par les marques pour une partie au titre de prestations, et pour une autre partie au titre de droits d’auteur. Et pour un YouTuber, les taux de cotisations qu’il aura à payer quand il se versera des rémunérations ne seront pas les mêmes que pour les revenus provenant de cessions de droits d’auteur, et les revenus provenant de prestations. 

Pour revenir à l'article sommaire cliquez ici